Les origines du coaching

Qui est le fondateur, le «créateur», du coaching ?

C’est peut-être bien Timothy Gallwey, cet étudiant de Brutus Skinner* dans les années 70. Capitaine de l’équipe de tennis de l’Université Harvard, Gallwey s’est consacré à l’accompagnement de champions. Il a créé la méthode du « jeu intérieur » qui prend en compte autant la préparation mentale que physique de la personne : il a révolutionné l’entraînement des sportifs !

L’entraîneur sportif est devenu coach quand il a su amener l’athlète à non seulement améliorer sa performance au jeu, mais aussi à pacifier son esprit pour mieux se concentrer sur l’objectif à atteindre. Gallwey a résumé sa méthode dans le livre The Inner Game of Tennis (Tennis et Psychisme, éd. R. Laffont).

Gallwey a ensuite adapté sa méthode aux exigences de performance des entreprises. Il a été coach pour, entre autres, AT&T, Coca-Cola, Apple, IBM… Il propose son programme dans l’ouvrage The Inner Game of Work (La Dynamique interne du travail, éd. Village Mondial). Pour plus de détails, vous pouvez consulter le site de Timothy Gallwey : www.theinnergame.com.

En se diffusant dans le monde de l’entreprise, le coaching a évolué, adapté ses techniques pour s’adresser autant aux dirigeants et aux managers qu’aux équipes. Le coaching inaugure le passage d’un mode de relations de travail basées sur la hiérarchie, dont les mots d’ordre sont « diriger et contrôler », à un mode de relations fondées sur la responsabilisation et la coopération.

Aujourd’hui, un coaching dit de « troisième génération », le coaching de développement personnel, s’adresse à toute personne désirant améliorer ou transformer sa vie personnelle et/ou professionnelle. Cette approche intègre des processus et des outils qui se sont révélés utiles dans un cheminement d’évolution personnelle, qu’ils soient issus de la PNL, de l’Hypnose éricksonnienne, de la Gestalt, de la Systémique, ou de l’Analyse Transactionnelle.

Le coaching est aujourd’hui utilisé dans à peu près tous les secteurs d’activité, à la mesure de l’esprit d’entreprise et du talent des coachs. Des professionnels de la relation d’aide, psychologues, infirmières, médecins, praticiens en PNL, etc., se forment aux techniques pour intégrer les procédures à leur pratique. Des parents et des professeurs suivent des formations pour mieux guider les enfants dans leurs études. Coach d’artiste, love-coach, coaching-poids, coaching-argent, les propositions ne manquent pas !

Ce qui fait la spécificité du coach, c’est sa posture d’ouverture, son rôle de partenaire inconditionnellement positif et constructif, son orientation stratégie et solution, et la grande efficacité des procédures qu’il met en œuvre. Fondé sur l’observation de l’être humain, hors de toute tentative d’interprétation qui prétendrait le définir, le coaching prend en considération la personne dans ce qui fait son humanité et son individualité, son unicité.

* Skinner, chercheur en psychologie, travaillait sur le conditionnement humain. Selon lui, un comportement qui engendre des conséquences favorables tend à s’accentuer, tandis qu’un comportement qui engendre des conséquences négatives tend à s’estomper. Il prône un renforcement continu pour établir un nouveau comportement et un renforcement partiel pour le maintenir.

 

Sylvie Baille

Vous avez une question ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *