Actualités

Toute l'actualité de Coach Académie en direct...

Créer sa réalité

NEWSLETTER

Ce en quoi nous croyons intensément devient notre réalité, car nos filtres de croyances nous font sélectionner dans l’environnement tout ce qui va leur donner raison…

Ce que je crois influe sur ce que je pense, fais, ressens

Peu importe dans quel domaine vous désirez réaliser un projet, il va être utile de questionner le discours qu’alors vous vous tenez. Des croyances autour du sujet « argent », par exemple, vont entraîner des autorisations et des interdits plus ou moins conscients. L’un pensera qu’il ne « mérite » pas de gagner de l’argent, l’autre qu’il serait déloyal vis-à-vis de sa famille ou de ses amis en s’enrichissant, ou encore que l’argent est tout simplement quelque chose de dangereux ou même de « sale »… Un tel cadre mental fait de messages déceptifs ou culpabilisants, n’aide ni l’action ni la motivation !

Changer de discours

Les personnes qui réussissent croient en leur capacité à réussir ! Bien sûr, elles peuvent avoir des doutes sur les réponses qu’elles recevront à leurs demandes, ou des inquiétudes sur le futur de leurs investissements (j’y vois un signe de réalisme ;-), mais elles sont animées par une telle envie de réaliser leur projet, qu’elles refusent de s’en distraire en ruminant des échecs passés, en projetant des catastrophes à venir, ou en entretenant des paresses ou des peurs : elles avancent !

Privilégier un « savoir positif » à une « pensée positive »

Le contraire de « croire », c’est « savoir ». Aussi apprendre sur soi, ses manières de dire et de penser, sur comment on se manifeste auprès des autres, comment on agit, quel est plus précisément ce projet qui nous motive, quelles stratégies seront utiles, comment s’y prendre, etc., permettra de poser des actions plus concrètes, que si on se limitait à « y croire ». Un « savoir positif » qui élargit la conscience, est plus utile qu’une « pensée positive » qui se limiterait à la récitation de mantras : « je vais bien, tout va bien, etc. » (même si cela ne nuit pas 😉

Préférer « vouloir »

« Souhaiter », « espérer », ce n’est pas « vouloir ». « Vouloir » est essentiel. Rien ne se réalisera s’il n’existe pas un désir premier, une envie, une motivation, une aspiration, un élan, un enthousiasme, une flamme. Il n’est qu’à lire la première biographie venue pour constater qu’une personne qui a réussi, qui est peut-être devenue pour vous un mentor, portait en elle un projet, une mission, l’ambition d’une réalisation.

Utiliser AUSSI les croyances

Mais positives celles-là ! Car voilà comment les choses se complexifient : la volonté a besoin de confiance, c’est-à-dire d’une certaine foi en soi, en ses capacités et la justesse de son action. « Vouloir » a besoin de « croire » pour soutenir sa motivation !

Le succès reste rare

Pour réaliser ce que vous projetez, vous allez devoir y investir du sérieux, du courage, de la constance. Et du travail. Bref vous mettre en action. Et surtout, cesser de vous prendre les pieds dans les fleurs du tapis (autodénigrement, victimisation, déresponsabilisation…) pour préférer investir intelligemment votre énergie : gagner en maîtrise de soi, se former enfin vraiment, développer son autodiscipline, voilà l’essentiel pour qui veut prendre sa vie en main !

Je vous propose un petit test :

Je vous mets au défi de ne parler et ne penser qu’à ce que vous voulez pendant les prochaines 24 heures
(en faisant taire la petite voix qui vous rabâche ce que vous ne voulez pas, n’aimez pas, ne faites pas, gnagnagna.. 😉

Dur, n’est-ce pas ?
Mais pourtant avec de la pratique, c’est possible.
Et voilà qui peut transformer votre vie tout entière…

Je vous souhaite un mois d’avril plein de promesses
Au plaisir de vous retrouver le mois prochain,

Sylvie Baille
Coach

Vous avez une question ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *